• Le 21 juin 2017

Dans le cadre de ses recherches interdisciplinaires menées au sein de l'Institut Universitaire Mer et Littoral (FR CNRS IUML), l'Université de Nantes a installé Biocolmar - une station de mesure de paramètres physico-chimiques et du potentiel environnemental de bio-colonisation, de corrosion et de fatigue - sur la Basse Michaud le 21 juin 2017.

biocolmarIssue d'un brevet déposé par l'Université de Nantes en 2013, suivi par la SATT Ouest Valorisation pour valider la conception, cette station a été financée au sein du projet SURFFEOL porté par STX et accompagnée par le projet COSELMAR (porté par l'Université de Nantes et IFREMER), projets co-financés par la région Pays de la Loire.

Les entreprises Capacités SAS (coordination des opérations - filiale privée de l'Université de Nantes), LeCamus (fabrication), Atlantique Scaphandre (installation) et Bio-Littoral (expertise biologique et mesure en mer) ont permis de concrétiser cette idée née il y a 4 ans et fruit de 20 ans de travaux sur la bio-colonisation à l'Université de Nantes.

Les partenaires de ce projet sont STX France Solutions, le Bureau Veritas, Bio-Littoral, l'Université de Nantes (laboratoires MMS et UMR CNRS GeM) et IFSTTAR qui participeront à l'exploitation des résultats, notamment sur les processus de dégradation et les capteurs en mer.

Il s'agit de la première station de ce type dans le monde. Cet outil fera partie du panel d'équipements complémentaires (site d'essai SEMREV) qui apporteront une contribution dans le cadre de l'I-Site NExT.